Avec la résistance des grandes instances du football européen, Super League risque de virer en Super NO

Partager cet article sur les réseaux sociaux
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Share

Reuters Douze des meilleurs clubs de football européens ont lancé dimanche une Super League séparatiste, lançant ce qui sera certainement une bataille acharnée pour le contrôle d’un sport et ses revenus lucratifs.

Cette décision met en place un rival de la compétition de Ligue des champions établie par l’UEFA et a été condamnée par les autorités du football et les dirigeants politiques.

Manchester United, le Real Madrid et la Juventus sont parmi les principaux membres de la nouvelle ligue, mais l’UEFA a menacé de les interdire de la compétition nationale et internationale et a promis de lutter contre cette décision.

Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre britannique Boris Johnson ont tous deux publié des déclarations condamnant une séparation et soutenant la position de l’UEFA.

En plus de Man United, les clubs de Premier League Liverpool, Manchester City, Chelsea, Arsenal et Tottenham ont souscrit aux plans.

Barcelone et l’Atletico Madrid d’Espagne rejoignent le Real. L’AC Milan et l’Inter Milan forment le trio italien avec la Juventus.

La Super League a déclaré qu’elle visait à avoir 15 membres fondateurs et une ligue de 20 équipes avec cinq autres clubs qualifiés chaque saison.

Les clubs partageraient un fonds de 3,5 milliards d’euros (4,19 milliards de dollars) à dépenser sur des projets d’infrastructure et pour faire face à l’impact de la pandémie COVID-19. L’argent ne pourrait pas être dépensé pour les joueurs.

La Ligue a déclaré qu’elle effectuerait des “ paiements de solidarité ” au reste du football européen qui dépasseront ceux actuellement proposés par l’UEFA et qui “devraient dépasser 10 milliards d’euros” sur la période d’engagement de 23 ans que les clubs ont conclue. .

“Nous aiderons le football à tous les niveaux et le porterons à sa juste place dans le monde. Le football est le seul sport mondial au monde avec plus de quatre milliards de fans et notre responsabilité en tant que grands clubs est de répondre à leurs désirs”, a déclaré Le boss du Real. Le président madrilène Florentino Perez, le premier président de la Super League.

Aucun club allemand ou français n’a encore été associé à l’échappée.

L’instance dirigeante du football mondial, la FIFA, a exprimé sa “désapprobation d’une” ligue séparatiste européenne fermée “en dehors des structures internationales de football”.

Mais il est à noter qu’il n’y avait aucune mention d’une menace précédente de la FIFA d’interdire à tout joueur participant à une échappée de participer à des Coupes du monde.

L’annonce est intervenue quelques heures à peine avant que l’UEFA n’approuve lundi ses propres plans pour une Ligue des champions élargie et restructurée à 36 équipes.

L’UEFA a publié une déclaration ferme conjointement avec les ligues et les fédérations de football anglaises, espagnoles et italiennes, déclarant qu’elles étaient prêtes à utiliser «toutes les mesures» pour affronter toute échappée et déclarant que tous les clubs participants seraient bannis des ligues nationales, telles que la Premier League.

“Les clubs concernés seront interdits de participer à toute autre compétition au niveau national, européen ou mondial, et leurs joueurs pourraient se voir refuser la possibilité de représenter leurs équipes nationales”, a déclaré l’UEFA.

“Nous remercions les clubs d’autres pays, en particulier les clubs français et allemands, qui ont refusé de s’y inscrire. Nous appelons tous les amateurs de football, supporters et politiciens, à se joindre à nous pour lutter contre un tel projet s’il le fallait. être annoncé. Cet intérêt personnel persistant de quelques-uns dure depuis trop longtemps. Assez, c’est assez. “

Ces mouvements ont été condamnés par les autorités du football à travers l’Europe et d’anciens joueurs tels que l’ancien capitaine de Manchester United, Gary Neville, qui l’a qualifié de “honte absolue” et a déclaré que les propriétaires du club étaient motivés par “la pure cupidité”.

Réagissant au tweet officiel d’Arsenal disant: “Nous sommes l’un des 12 clubs fondateurs de la Super League européenne”, Arsenal Supporters ‘Trust a écrit sur Twitter: “La mort d’Arsenal en tant qu’institution sportive”.

Le meilleur club français du Paris St Germain n’aurait pas adhéré au plan et le président Macron a également élevé la voix contre l’échappée.

“Macron salue la position des clubs français de refuser de participer à un projet de Super League européenne de football qui menace le principe de solidarité et de mérite sportif”, a déclaré la présidence française dans un communiqué envoyé à Reuters.

“L’Etat français soutiendra toutes les mesures prises par la LFP, la FFF, l’UEFA et la FIFA pour protéger l’intégrité des compétitions fédérales, qu’elles soient nationales ou européennes”, a ajouté l’Elysée, citant les instances dirigeantes nationales, européennes et mondiales du football.

Le Premier ministre britannique Johnson s’est également opposé à cette décision.

“Les plans pour une Super League européenne seraient très dommageables pour le football et nous soutenons les autorités du football dans leur action”, a tweeté Johnson.

“Ils frapperaient au cœur du match national et concerneront les supporters de tout le pays. Les clubs impliqués doivent répondre à leurs supporters et à la communauté footballistique au sens large avant de prendre des mesures supplémentaires.”

Il y a eu des rapports faisant état d’une échappée pendant un certain nombre d’années et ils sont revenus en janvier avec plusieurs médias rapportant qu’un document avait été produit décrivant les plans.

En octobre, le président de Barcelone, Josep Maria Bartomeu, a déclaré que le club avait accepté une proposition de rejoindre une ligue séparatiste.

Ces rapports ont conduit la FIFA et l’UEFA à avertir qu’ils interdiraient à tout joueur impliqué dans une échappée de participer à la Coupe du monde ou au Championnat d’Europe.

L’UEFA a proposé des changements majeurs à sa Ligue des champions qui avait reçu le soutien de nombreux clubs et organisations.

Les changements verront la compétition passer à 36 de 32 équipes, et une refonte de la phase de groupes en une seule table plutôt que les groupes actuels de quatre clubs.

Les équipes joueraient 10 matchs chacune dans la phase de groupes plutôt que les six qu’elles jouent actuellement et une ronde éliminatoire serait également introduite avant les 16 derniers.

Mais bien qu’il y ait eu un large consensus et ces réformes, les grands clubs ont tardé à faire changer la gouvernance et le contrôle de la compétition avant de prendre la décision dramatique de dimanche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *