CAF : Le TAS lève provisoirement la suspension du président de la CAF Ahmad

Partager cet article sur les réseaux sociaux
  •  
  •  
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Shares

Ahmad Ahmad gagne une bataille juridique. Le Tribunal arbitral du sport a levé provisoirement la suspension du président de la CAF Ahmad. Il pourra donc faire sa campagne électorale pour briguer un second mandat à la tête de la CAF.

Le communique du TAS justifie sa décision. : « En raison notamment d’un risque de dommage irréparable pour M Ahmad en cas de maintien de la sanction disciplinaire durant la période précédant les élections de la CAF, la Formation du TAS a accepté la demande de suspendre temporairement les effets de la décision de la Chambre de jugement de la Commission d’éthique de la FIFA jusqu’au prononcé de la sentence finale ».

Le communiqué précise que : « La Formation a cependant souligné que cette décision provisoire ne préjugeait nullement de ce qu’elle décidera dans l’analyse au fond, à l’issue de l’échange des écritures et de l’audience ».
Par contre le TAS a rejeté la demande de mesures provisionnelles de M. Ahmad qui demande à ce que soit appliqué : « une interdiction à la FIFA de prendre toute décision ayant pour conséquence d’empêcher M. Ahmad ou de lui rendre plus difficile de se présenter à l’élection à la présidence de la CAF prévue le 12 mars 2021 ».
Le TAS va étudier le dossier du président de la CAF le 2 mars et doit rendre le verdict finale avant le 12 mars 2021. Les élections pour briguer un mandat à la tête de la CAF auront lieu le 12 mars à Rabat.

Pour rappel il y a 72heures, la Fifa a invalidé trois candidatures au conseil de la FIFA. Il s’agit des candidatures de M Ahmad Ahmad, ainsi que de Constant Omari et du président de la FAF, Kheïreddine Zetchi ( qui aurait décidé de déposer un  recours au TAS).

Le président de la FAF, M Zetchi a omis de signaler deux sanctions dont il a fait l’objet au niveau national et continental.

Cet oubli de mentionner deux sanctions sur le formulaire de dépôt de candidature est interprêté par la FIFA comme une fausse déclaration. M Zetchi risque de lourdes sanctions allant jusqu’à une suspension de 2 ans. Ce qui mettrait fin à son projet de se présenter pour un nouveau mandat à la tête de la FAF. algerie.football

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *