Equipe nationale d’algérie: C’est pas avec une attestation de stage de Claire-fontaine et une talonnade qu’on devient sélectionneur national

Partagez sur vos compte, vous nous rendez service
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La désignation de l’ex joueur de l’EN Rabah Madjer à la tête de l’équipe nationale ne fait pas l’unanimité chez les spécialistes de la balle ronde et aussi sur les réseaux sociaux.
C’est aux spécialistes de la balle ronde de désigner un sélectionneur national, le CV de Madjer en tant qu’entraîneur national est plus que pauvre en expérience du haut niveau , tout le monde sait que Madjer n’a pas entraîné depuis plus de 11 ans, et c’est pas avec un stage de quelques jours à clairefontaîne qu’on devient un entraîneur chevronné, Madjer n’a rien prouvé en tant qu‘entraîneur , à part gagner un titre avec Al Waqra du Qatar , il y a 18 ans. 
En sélection national , il a échoué par deux fois, il a fait une CAN 2002 catastrophique au Mali (2 défaites 1/0 et 2/0 respectivement contre le Nigéria et le Mali, et un match nul  inespéré 2/2 contre le Libéria de Georges Weah).
On va pas parler de son passage à la tête des verts entre 1994 et 1995,où il a été limogé suite au match nul contre l’Ouganda ( 1-1) au stade du 5 juillet, ni de sa préférence des joueurs évoluant en europe par rapport aux locaux , sinon comment on peut expliquer ses choix lors du match France-Algérie au stade de France au mois d’Octobre 2001, où Madjer a préféré des joueurs comme Meniri – Bradja – Mezghiche et Djebaïli à des joueurs comme Saïfi – Dziri – Zeghdoud – Meftah et Saïb , qui sont restés sur le banc de touche ou n’ont pas été appelé pour ce match spécial.
Madjer est déjà conseiller chez le président Zetchi , (contre un salaire bien sur), on ne voit pas ce qu’ont apporté les conseils de Madjer au football algérien, on se demande qui a eu cette idée de proposer un entraîneur peu qualifié pour entraîner une sélection comme l’équipe d’algérie, sachant que Belmadi aurait décliné l’offre de Zetchi pour driver l’EN.
Si on veut un entraîneur local , c’est pas du tout le problème, on peut monter un bon staff technique, composé de 2 ou 3 techniciens : les techniciens comme Madoui – Cherif El Ouazzani – Amarani – Adel Amrouche – Charef- Bouarata ont le profil et les compétences qu’il faut pour sortir l’équipe national de ce tunnel dans lequel cette équipe nationale est restée coincée depuis la révolte de certains cadres qui ont poussé un coach compétent au départ, rappelons le, Rajevac a amené le Ghana en ¼ de finale du mondial 2010 et en finale de la CAN 2010. 
Pour le bien du football algérien arrêtons de faire du social avec l’EN, que celui qui veut devenir sélectionneur national, n’a qu’à prendre un club pour nous monter son talent sans talon. MS – algerie.football

Laisser votre commentaire