28/06/2022

Galeries vidéos et photos

Equipe d'Algérie-Ligue 1 et Coupes

FIFA : Si M Collina estime qu’il n’y avait pas faute sur Mandi sur le 1er but camerounais, il perd alors toute crédibilité

Collina
0Shares

FIFA – La Commission d’arbitrage de la FIFA a opposé une fin de non-recevoir à la demande aux doléances de la FAF. Cela selon un courrier rendu public samedi à une heure du matin par la Fédération algérienne de football ( FAF). Le courrier mentionne : « Nous regrettons que, selon votre appréciation, les décisions des arbitres aient pu influer négativement sur le cours de la rencontre.

L’ensemble des incidents survenus pendant le match ont été examinés avec soin par les deux arbitres vidéo, conformément aux lois du Jeu et au protocole d’assistance vidéo à l’arbitrage. »

Contactée par l’AFP ( pas par un média algérien ou l’APS) , la FIFA  confirme que la FAF avait saisi sa commission de discipline et avait demandé l’analyse de sa commission d’arbitrage. « La FIFA a répondu à la FAF sur ces deux dossiers et considère le dossier clos », a indiqué à l’agence de presse un porte-parole de la FIFA dans un courrier électronique.

Certaines sources indiquent que le président de la commission d’arbitrage de la FIFA, M Collina estime que le premier but du Cameroun n’est entaché d’aucune faute. Or on n’a pas besoin de consulter M Collina ou M X pour déduire que le but Camerounais comporte une double faute. Une double  flagrante sur le joueur algérien Aissa Mandi et sur le gardien Raïs M’Bolhi.

Les images du match montrent clairement comment le numéro trois camerounais traîne Aissa Mandi  avant d’aller finir sa course sur le gardien M’Bolhi. Sous le choc avec Aissa Mandi, M’Bolhi lâche le ballon. Le joueur camerounais utilise Aissa Mandi comme un projectile pour frapper  le gardien M’Bolhi. M Pierluigi COLLINA, président de la commission d’arbitrage de la FIFA ne peut pas nous faire avaler cette couleuvre.
Si M Collina pense qu’il n’y avait pas faute sur Aissa Mandi sur le premier but camerounais, il perd alors toute crédibilité. Et un proverbe arabe dit : « Qu’on ne peut pas cacher les rayons du soleil avec un tamis ». La vérité est limpide comme l’eau de roche. La FIFA ne veut pas se casser la tête sur un cas qui ne concerne pas une grosse cylindrée du football mondial. Le monde entier a vu comment la FIFA a traité l’affaire « Thierry Henri » en 2010. Et surtout comment la FIFA est restée inerte après le match scandale RFA – Autriche en juin 1982. MS – algerie.football 

 Vidéo – Algérie – Cameroun  : Le but du 1er but du Cameroun et la faute flagrante sur Aissa Mandi